Top sites

Météo et Période


Nous sommes actuellement en Septembre de l'année de grâce 417. L'été est terminé et bien que les températures sont encore chaudes, le mois est extrêmement orageux, avec des tempêtes se déplaçant au sud entre Mearian et Akantha.

Intrigue en cours

• Les batailles rangées entre Ellgard et Mearian ont cessé pour le moment, un équilibre fragile s'étant crée avec la promesse d'une rencontre de leurs dirigants bientôt.

• La guerre civile en Ellgard fait toujours rage mais la Résistance semble acculée.. Va-elle s'effondrer ou en ressortira-elle plus forte que jamais?

• La rumeur court que l'Immortel serait revenu parmi nous et que les Mages Noirs auraient commencé à se rassembler aux quatre coins du globe...

• Les officiels sont de plus en plus agités, alors que se profile ce qui semble être une rencontre diplomatique entre Ellgard et Akhanta. Aucune vraie annonce n’a été faite, mais les bruits de couloir sont ce qu’ils sont, et la Cour ne se prépare pas ainsi pour les invités lambda. Il semblerait que toutes les factions d’importance soient en effervescence, mais pas tous dans le même but…
Events du forum

prédéfinis

membres du mois

Partenaires

©linus pour Epicode
En bref
Lost Kingdom



 

avatar
La Résistance

Race : Lycan Chat & Triton
Âge : 35 (27)
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Sep - 15:40


Échos lointains

Victoria & Hazel


" Désires-tu monter avec lui ? "

Le soleil se meurt à l'horizon, spectacle émouvant malgré sa simplicité régulière, sur sa ligne floue tes yeux se perdent subjugués par le spectacle. Tu erres, tes pieds te menant tel un automate à une destination inconnue, les beaux quartiers d'Ellgrad imposent leur monumental, tel un affront craché à la gueule du bas peuple, un rappel, celui d'une chose très simple et on ne peut plus claire : vous n'êtes rien.
Tes pas te portent et tu les laisses faire, inspires une profonde bouffée d'air, odeur si particulière de la nuit sur le point de tomber. Démarche souple, pas légers, tu continues ta route, te perdant par moment dans tes pensées, de ses ballades qui ressourcent l'âme, de ces sorties qui ne servent qu'à vider la merde se fracassant contre les parois d'un crâne trop serré. Apaisé. Étrange sentiment que cet apaisement, un sentiment de plénitude que l'on ne peut expliquer. Le silence alentour se meurt en un début de brouhaha vivant alors que lentement tes pas te font quitter la tranquillité d'un quartier d'habitation pour le centre de la cité gratte-ciel, brisant cette quiétude que le silence et la vision du soleil mourant t'imposaient.  

Instinctivement tes yeux se braquent sur les âmes passantes, les observant, les détaillant, instinct de prédation latent reprenant ses droits sans même que tu n'en ai pleinement conscience. Simulacre de liberté qui retourne l'âme en une rafale de grognements alors que le chat s'excite en ton sein, bête en cage cherchant à se libérer des chaînes de ton humanité. Puis le choc, brutal alors qu'il te frappe sans prévenir. Tes pieds se figent dans leur élan, tes yeux s'écarquillent comme sur le point de sortir de leurs orbites alors que la silhouette à quelques mètres de toi fait remonter des images du passé.

Les paupières clignent en un mouvement, test abruti de ceux voulant être certain de ne pas halluciner. Ses cheveux blancs fendent l'air, comme cette journée il y'a des années. Tu le savais pourtant, tu savais que cette princesse presque inconnue à l'époque avait trahie sa patrie pour rejoindre les rands de l'Empire.
Inquisitrice.
Tes dents se serrent, grincent alors que lentement la réalité se réimpose à toi, une question tournant en boucle dans ton esprit, comment une femme ayant pu agir de cette façon il y'a des années avait pu devenir l'un des fers de lance d'une dictature impitoyable. Tu revois son regard braqué dans le tiens, cette question posée provoquant un véritable taulé, une question que tu ne t'étais jamais posé. Tu la revois vous la poser à tour de rôle, vous fixant dans le blanc des yeux. Tu te souviens aussi de cette chance raté alors qu'elle avait racheté tout ceux ayant répondu que ce n'était pas ce qu'ils désiraient.

Un temps trop long d'inaction alors que finalement ta silhouette figé en plein milieu de la chaussée entraîne des regards suspicieux, notamment le siens alors que tes pupilles se retrouvent plongées dans ses yeux, écho du passé alors qu'il te replonge plus de dix ans en arrière. Une simple phrase s'échappant de tes lèvres marquant aussi bien la surprise que cette incompréhension.

" Princesse..."


© Bebebe

_________________
code couleur : #3B1744 © belladone.
Requiem of Claws
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'Empire
Race : Salamandre (pure /out)
Âge : 31 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Sep - 22:05
Remember
with Hazel & Vicky

Objet venu du passé, venu te troubler, descendant de ta mémoire pour se placer devant toi, tu le voyais, tu le connaissais, le reconnaissais, sans mettre le doigt sur son identité, ou son histoire. Cet être plus grand que toi, dont les yeux fauves, les yeux d'or, venaient rencontrer l'azur profond de tes mirettes, te disait quelque chose, sans que tu ne saches quoi... Où l'avais tu donc rencontré ? Pourquoi te souvenais tu de lui ? Ta mémoire te faisant défaut, il t'était évident que tu devais la travailler pour découvrir l'origine de cette personne, si elle était si importante que cela, ou non. Il ne bougeait pas lui-même, il était étonné, il était sûrement en train d'y repenser aussi...
Tu ne savais pas. Tu ne savais pas, et pourtant, l'envie te brûlait les lèvres de lui demander. T'approchant doucement, ton cerveau insistant, cherchant dans ton passé à quel moment ces mêmes yeux avaient transcendé les tiens, une fois devant lui il n'eut qu'un mot à dore pour te renvoyer en arrière dans le temps : Princesse.

Tu venais d'en entendre parler. Une maison close employait des esclaves, et uniquement des esclaves, pour servir les clients. Bien entendu, tout le monde se servait d'eux, mais tu haïssais tellement l'esclavage que tu ne pouvais supporter l'exploitation abusive de ces gens là... Car oui, il s'agissaient de personnes, tout comme ces abrutis d'Akanthiens qui les asservissaient... Cheveux rouges sombres coiffés en simple queue de cheval, leur longueur pendue jusqu'à tes omoplates, un habit simple, une robe bleue se mariant avec les prunelle de tes yeux, des sandales communes, deux trois bracelets d'or, tu aurais pu passer pour une jeune demoiselle tout a fait ordinaire, si personne ne connaissait ton visage, ou si ton manteau royal n'était pas sur tes épaules. Tu détestais ces apparats n'existant que pour souligner la puissance qu'un être possédait, uniquement à cause de sa naissance chanceuse. SI tu étais née dans une autre famille, tu ne posséderais rien. C'était la même chose pour la plupart de ces êtres que tu tentais désespérément d'aider : s'ils étaient nés à ta place, leur vie ne serait que luxe et adoration, plutôt que servitude et désolation. Ce manteau, pourtant, était bien pratique lorsque comme là, tu t'en servais pour instaurer l'ordre que tu voulais... SI un jour tu devenais Reine d'Akantha, tu abolirais l'esclavage pour de bon...
Entrant donc dans cet établissement nommé "L'Ecume des Nuits", ta détermination n'avait pas d'égal, et une fois dans ce lieu, alors que tout le monde n'avait d'yeux que pour la Princesse héritière, tu ignoras royalement la maitresse de ces lieux qui devait ravaler sa rage, tandis que la première personne que tu allas voir était cet esclave, Hazel. Ta première question à son encontre fut son nom, qu'il te donna avec respect. Ta seconde question pour lui fut :
Te plais tu ici ?, à laquelle il répondit positivement. Passant au suivant, un autre esclave, tu réitéras tes questions. Quelques fois, rares, les réponses étaient affirmatives. Mais, ce jour là, dans cette pièce, en ce moment précis, beaucoup de jeunes esclaves éclataient en larmes près de toi, ne pouvant mentir à la royauté et n'étant pas encore capable d'apprécier leur travail forcé. Ceux là, tu les prenais dans tes bras, délicatement. Une fois que chaque esclave eut répondu, tu eus un rictus malsain, et, sortant une bourse de ton manteau, tu annonças : A ceux qui ne se plaisent pas ici, la Couronne vous rachète. Vous appartenez désormais à la famille d'Akantha, et aurez le droit de choisir ce que vous voulez faire. Cette bourse fut alors tendue à la maitresse des lieux, qui s'apprêtait clairement à refuser. Tu lui lanças alors un regard noir, empli de haine, cette garce esclavagiste, avant de lâcher froidement Connaissez vous l'expression : "la Bourse ou la Vie ?" La température corporelle de ton être venait d'augmenter rapidement, et tes yeux d'un bleu intense avaient cette couleur orange, le feu cherchant un moyen de s'évader de ton enveloppe de Princesse. La maitresse n'eut d'autre choix que d'accepter, et tu repartis avec ceux que tu venais de sauver...
Quelques semaines plus tard, tu trahissais Akantha...

Si vous m'appelez Princesse, je suppose que vous venez d'Akantha...

Tu ne te rappelais absolument pas de cet acte de bonté que tu avais effectué, plusieurs semaines avant la Grande Trahison... Aussi, il t'était encore impossible de remettre le doigt sur le moment où Hazel et toi vous étiez rencontrés, ni même sur le prénom de ce dernier. EN prononçant, cependant, le nom d'Akantha en face de lui, les mêmes yeux que tu avais montrés à la mauvaise maitresse se présentèrent à l'ancien esclave. La rage n'était point cachée, lorsque l'on te rappelait ton pays de naissance, et si tu portais encore ton nom d'origine, c'était pour montrer au monde entier que même la Princesse héritière du Royaume des Salamandre avait voulu se barrer de cet endroit infernal, pourri jusqu'à la moelle.
Qui êtes vous ?

electric bird.




Pour toutes modifs, tu sais où me trouver 8)

- narration italique + discours sans italique = flash back
- narration sans italique + discours en italique = présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: