Top sites

Météo et Période


Nous sommes actuellement en Octobre de l'année de grâce 417. On croyait l'été terminé mais la météo est bien trompeuse, on est face à un véritable été indien dont la sécheresse commence à faire des ravages à Mearian et Akantha, tandis que Nueva et Ellgard sont balayées d'ouragans destructeurs... Les Dieux seraient-ils en colère?

Intrigue en cours

• Les batailles rangées entre Ellgard et Mearian ont cessé pour le moment, un équilibre fragile s'étant crée avec la promesse d'une rencontre de leurs dirigants bientôt.

• La guerre civile en Ellgard fait toujours rage mais la Résistance semble acculée.. Va-elle s'effondrer ou en ressortira-elle plus forte que jamais?

• La rumeur court que l'Immortel serait revenu parmi nous et que les Mages Noirs auraient commencé à se rassembler aux quatre coins du globe...

• Les officiels sont de plus en plus agités, alors que se profile ce qui semble être une rencontre diplomatique entre Ellgard et Akhanta. Aucune vraie annonce n’a été faite, mais les bruits de couloir sont ce qu’ils sont, et la Cour ne se prépare pas ainsi pour les invités lambda. Il semblerait que toutes les factions d’importance soient en effervescence, mais pas tous dans le même but…
Events du forum

prédéfinis

membres du mois

Partenaires

©linus pour Epicode
En bref
Lost Kingdom



 

 :: PERSONNAGE :: Présentations :: Présentations en cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aranae Marklov, Pestilence
avatar
En ligne
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Sep - 19:59
MARKLOV ARANAE
IDENTITÉ
RACE ▬ Vampire supérieur
AGE ▬ 93 ans
ORIENTATION SEXUELLE ▬ Hétérosexuel
SITUATION PERSONNELLE ▬ Célibataire
NATIONALITÉ ▬ Ellgardienne
FACTION ▬ Empire
MÉTIER ▬ Inquisiteur Pestilence


MAGIE ET COMPÉTENCES
PHYSIQUE
❯ agilité x x ○ ○ ○
❯ force x ○ ○ ○ ○
❯ endurance x ○ ○ ○ ○
(TECHNO)MAGIE
❯ mana x x x ○ ○
❯ puissance x x ○ ○ ○
❯ contrôle x x x ○ ○
Aranae est capable de concentrer du mana pur au bout de ses doigts, ce qui de l’extérieur ressemble simplement à des lueurs rouge foncé autour de sa main. Cela lui permet de faire pour l’instant deux choses :

Il peut soigner certaines blessures par contact avec ses mains, des dégâts infligés profondément demande du temps afin d’être réparée. Des blessures couvrant une superficie trop importante ne peuvent pas être soigné par une utilisation de la capacité et demanderait trop de mana. Cette compétence ne peut pas soigner du poison, des maladies ou tout autre dégât totalement interne – il faut qu’il y ait une ouverture vers l’extérieur pour que le mana puisse s’immiscer.

Il peut, toujours par contact avec ses mains, rendre des endroits douloureux, comme des courbatures pour un simple contact, avec un contact plus prolongé (une minute) il peut rendre un muscle qu’il touche inutilisable et très douloureux pour une personne. En combat, cela se résume globalement à endolorir certains endroits au toucher lors d’un coup. C’est hors combat, dans des situations où il peut garder un contact prolongé avec sa cible que le pouvoir est le plus puissant.

Enfin, depuis son acte « héroïque » auprès de l’impératrice dans sa jeunesse, il a reçu un psypher noir. Celui-ci ressemble à une lance de joute très courte, noire et rouge avec un pommeau doré. Ce psypher invoque par des portails des chaînes cloutées et aux bouts pointus que son porteur peut manipuler à sa guise en déplaçant l’arme.
PHYSIQUE
Haec igitur prima lex amicitiae sanciatur, ut ab amicis honesta petamus, amicorum causa honesta faciamus, ne exspectemus quidem, dum rogemur; studium semper adsit, cunctatio absit; consilium vero dare audeamus libere. Plurimum in amicitia amicorum bene suadentium valeat auctoritas, eaque et adhibeatur ad monendum non modo aperte sed etiam acriter, si res postulabit, et adhibitae pareatur. Accedebant enim eius asperitati, ubi inminuta vel laesa amplitudo imperii dicebatur, et iracundae suspicionum quantitati proximorum cruentae blanditiae exaggerantium incidentia et dolere inpendio simulantium, si principis periclitetur vita, a cuius salute velut filo pendere statum orbis terrarum fictis vocibus exclamabant. Atque, ut Tullius ait, ut etiam ferae fame monitae plerumque ad eum locum ubi aliquando pastae sunt revertuntur, ita homines instar turbinis degressi montibus impeditis et arduis loca petivere mari confinia, per quae viis latebrosis sese convallibusque occultantes cum appeterent noctes luna etiam tum cornuta ideoque nondum solido splendore fulgente nauticos observabant quos cum in somnum sentirent effusos per ancoralia, quadrupedo gradu repentes seseque suspensis passibus iniectantes in scaphas eisdem sensim nihil opinantibus adsistebant et incendente aviditate saevitiam ne cedentium quidem ulli parcendo obtruncatis omnibus merces opimas velut viles nullis repugnantibus avertebant. haecque non diu sunt perpetrata. Itaque verae amicitiae difficillime reperiuntur in iis qui in honoribus reque publica versantur; ubi enim istum invenias qui honorem amici anteponat suo? Quid? Haec ut omittam, quam graves, quam difficiles plerisque videntur calamitatum societates! Ad quas non est facile inventu qui descendant. Quamquam Ennius recte. Ex his quidam aeternitati se commendari posse per statuas aestimantes eas ardenter adfectant quasi plus praemii de figmentis aereis sensu carentibus adepturi, quam ex conscientia honeste recteque factorum, easque auro curant inbracteari, quod Acilio Glabrioni delatum est primo, cum consiliis armisque regem superasset Antiochum. quam autem sit pulchrum exigua haec spernentem et minima ad ascensus verae gloriae tendere longos et arduos, ut memorat vates Ascraeus, Censorius Cato monstravit. qui interrogatus quam ob rem inter multos... statuam non haberet malo inquit ambigere bonos quam ob rem id non meruerim, quam quod est gravius cur inpetraverim mussitare.
Haec igitur prima lex amicitiae sanciatur, ut ab amicis honesta petamus, amicorum causa honesta faciamus, ne exspectemus quidem, dum rogemur; studium semper adsit, cunctatio absit; consilium vero dare audeamus libere. Plurimum in amicitia amicorum bene suadentium valeat auctoritas, eaque et adhibeatur ad monendum non modo aperte sed etiam acriter, si res postulabit, et adhibitae pareatur. Accedebant enim eius asperitati, ubi inminuta vel laesa amplitudo imperii dicebatur, et iracundae suspicionum quantitati proximorum cruentae blanditiae exaggerantium incidentia et dolere inpendio simulantium, si principis periclitetur vita, a cuius salute velut filo pendere statum orbis terrarum fictis vocibus exclamabant. Atque, ut Tullius ait, ut etiam ferae fame monitae plerumque ad eum locum ubi aliquando pastae sunt revertuntur, ita homines instar turbinis degressi montibus impeditis et arduis loca petivere mari confinia, per quae viis latebrosis sese convallibusque occultantes cum appeterent noctes luna etiam tum cornuta ideoque nondum solido splendore fulgente nauticos observabant quos cum in somnum sentirent effusos per ancoralia, quadrupedo gradu repentes seseque suspensis passibus iniectantes in scaphas eisdem sensim nihil opinantibus adsistebant et incendente aviditate saevitiam ne cedentium quidem ulli parcendo obtruncatis omnibus merces opimas velut viles nullis repugnantibus avertebant. haecque non diu sunt perpetrata. Itaque verae amicitiae difficillime reperiuntur in iis qui in honoribus reque publica versantur; ubi enim istum invenias qui honorem amici anteponat suo? Quid? Haec ut omittam, quam graves, quam difficiles plerisque videntur calamitatum societates! Ad quas non est facile inventu qui descendant. Quamquam Ennius recte. Ex his quidam aeternitati se commendari posse per statuas aestimantes eas ardenter adfectant quasi plus praemii de figmentis aereis sensu carentibus adepturi, quam ex conscientia honeste recteque factorum, easque auro curant inbracteari, quod Acilio Glabrioni delatum est primo, cum consiliis armisque regem superasset Antiochum. quam autem sit pulchrum exigua haec spernentem et minima ad ascensus verae gloriae tendere longos et arduos, ut memorat vates Ascraeus, Censorius Cato monstravit. qui interrogatus quam ob rem inter multos... statuam non haberet malo inquit ambigere bonos quam ob rem id non meruerim, quam quod est gravius cur inpetraverim mussitare.
CARACTERE
Haec igitur prima lex amicitiae sanciatur, ut ab amicis honesta petamus, amicorum causa honesta faciamus, ne exspectemus quidem, dum rogemur; studium semper adsit, cunctatio absit; consilium vero dare audeamus libere. Plurimum in amicitia amicorum bene suadentium valeat auctoritas, eaque et adhibeatur ad monendum non modo aperte sed etiam acriter, si res postulabit, et adhibitae pareatur. Accedebant enim eius asperitati, ubi inminuta vel laesa amplitudo imperii dicebatur, et iracundae suspicionum quantitati proximorum cruentae blanditiae exaggerantium incidentia et dolere inpendio simulantium, si principis periclitetur vita, a cuius salute velut filo pendere statum orbis terrarum fictis vocibus exclamabant. Atque, ut Tullius ait, ut etiam ferae fame monitae plerumque ad eum locum ubi aliquando pastae sunt revertuntur, ita homines instar turbinis degressi montibus impeditis et arduis loca petivere mari confinia, per quae viis latebrosis sese convallibusque occultantes cum appeterent noctes luna etiam tum cornuta ideoque nondum solido splendore fulgente nauticos observabant quos cum in somnum sentirent effusos per ancoralia, quadrupedo gradu repentes seseque suspensis passibus iniectantes in scaphas eisdem sensim nihil opinantibus adsistebant et incendente aviditate saevitiam ne cedentium quidem ulli parcendo obtruncatis omnibus merces opimas velut viles nullis repugnantibus avertebant. haecque non diu sunt perpetrata. Itaque verae amicitiae difficillime reperiuntur in iis qui in honoribus reque publica versantur; ubi enim istum invenias qui honorem amici anteponat suo? Quid? Haec ut omittam, quam graves, quam difficiles plerisque videntur calamitatum societates! Ad quas non est facile inventu qui descendant. Quamquam Ennius recte. Ex his quidam aeternitati se commendari posse per statuas aestimantes eas ardenter adfectant quasi plus praemii de figmentis aereis sensu carentibus adepturi, quam ex conscientia honeste recteque factorum, easque auro curant inbracteari, quod Acilio Glabrioni delatum est primo, cum consiliis armisque regem superasset Antiochum. quam autem sit pulchrum exigua haec spernentem et minima ad ascensus verae gloriae tendere longos et arduos, ut memorat vates Ascraeus, Censorius Cato monstravit. qui interrogatus quam ob rem inter multos... statuam non haberet malo inquit ambigere bonos quam ob rem id non meruerim, quam quod est gravius cur inpetraverim mussitare.
Haec igitur prima lex amicitiae sanciatur, ut ab amicis honesta petamus, amicorum causa honesta faciamus, ne exspectemus quidem, dum rogemur; studium semper adsit, cunctatio absit; consilium vero dare audeamus libere. Plurimum in amicitia amicorum bene suadentium valeat auctoritas, eaque et adhibeatur ad monendum non modo aperte sed etiam acriter, si res postulabit, et adhibitae pareatur. Accedebant enim eius asperitati, ubi inminuta vel laesa amplitudo imperii dicebatur, et iracundae suspicionum quantitati proximorum cruentae blanditiae exaggerantium incidentia et dolere inpendio simulantium, si principis periclitetur vita, a cuius salute velut filo pendere statum orbis terrarum fictis vocibus exclamabant. Atque, ut Tullius ait, ut etiam ferae fame monitae plerumque ad eum locum ubi aliquando pastae sunt revertuntur, ita homines instar turbinis degressi montibus impeditis et arduis loca petivere mari confinia, per quae viis latebrosis sese convallibusque occultantes cum appeterent noctes luna etiam tum cornuta ideoque nondum solido splendore fulgente nauticos observabant quos cum in somnum sentirent effusos per ancoralia, quadrupedo gradu repentes seseque suspensis passibus iniectantes in scaphas eisdem sensim nihil opinantibus adsistebant et incendente aviditate saevitiam ne cedentium quidem ulli parcendo obtruncatis omnibus merces opimas velut viles nullis repugnantibus avertebant. haecque non diu sunt perpetrata. Itaque verae amicitiae difficillime reperiuntur in iis qui in honoribus reque publica versantur; ubi enim istum invenias qui honorem amici anteponat suo? Quid? Haec ut omittam, quam graves, quam difficiles plerisque videntur calamitatum societates! Ad quas non est facile inventu qui descendant. Quamquam Ennius recte. Ex his quidam aeternitati se commendari posse per statuas aestimantes eas ardenter adfectant quasi plus praemii de figmentis aereis sensu carentibus adepturi, quam ex conscientia honeste recteque factorum, easque auro curant inbracteari, quod Acilio Glabrioni delatum est primo, cum consiliis armisque regem superasset Antiochum. quam autem sit pulchrum exigua haec spernentem et minima ad ascensus verae gloriae tendere longos et arduos, ut memorat vates Ascraeus, Censorius Cato monstravit. qui interrogatus quam ob rem inter multos... statuam non haberet malo inquit ambigere bonos quam ob rem id non meruerim, quam quod est gravius cur inpetraverim mussitare.
HISTOIRE
DSICLAIMER : L'histoire d'Aranae comprends des individus mis en scène dans des rôles de personnages séquestrés, avec ce qu'il peut arriver à ce type de personnes.

A quoi peut bien ressembler la naissance d’un vampire pur ? Comment une femme vampire accouche-t-elle ? Est-ce que la vue de tout ce sang lié à la naissance excite les vampires ? Est-ce que le nouveau né boit directement le sang à sa naissance ? La réponse est non pour les deux dernières. Des vampires purs donnent la vie comme tout le monde, la mère souffre, le père stress et le bébé finit par sortir et tout le monde est content. C’est ce qui s’est passé cette nuit-là, dans une belle maison seigneuriale d’Akantha. Un bel édifice, typiquement dans le style colonial, très rectangulaire avec des fenêtres régulièrement disposées, un porche à l’entrée, une belle maison de bourgeoisie quoi. La famille avait fait fortune avec l’exploitation de champs de coton et sa transformation en habits.

La chambre de Madame Marklov était bien rangée, elle était décorée de moulures, bibliothèques en tout genre aux quatre coins, le plafond était composé de simples poutres apparentes. Au milieu de la pièce, le grand lit à baldaquins aux montants bien travaillés, sculptés dans de petites formes, on pouvait distinguer des gargouilles en particulier. La mère de ce nouveau né, une belle vampire aux cheveux blonds et à la peau terne, aux formes généreuses et au ventre bien gonflé par la grossesse, était allongée dans les draps écarlates de la couche. Autour d’elle, son mari, Karl Marklov, un vampire aux cheveux blancs, avec un corps frêle, et de longues canines apparentes, à sa droite, une jolie elfe sylvestre, avec les oreilles pointues, les cheveux longs, soyeux et bien coiffés, la caricature du bouffeur de salade. Elle était en théorie une employée tout à fait normale, une originaire de Nueva sans famille qui était en quête d’un travail et de vivre dans toutes les régions du monde.

En aidant humblement durant l’accouchement, la jeune femme ne se doutait pas de ce qui allait suivre. En soufflant, poussant, se crispant, Catherine arriva tout doucement à pousser le petit être qui était dans son corps, l’elfe récupéra l’enfant et coupa le cordon. Les étoiles brillaient dans les yeux des nouveaux parents, ils étaient tellement fiers d’avoir donné naissance à un beau bébé blond,  déjà assez grand, un peu potelé comme le sont généralement les gens de son âge. Il n’avait pas la peau pâle, il était rosé, comme un humain, on pouvait largement le confondre avec un nourrisson de la race humaine. Sans canines, ce n’était pas évident. Néanmoins, la suite de la mise au monde différa légèrement d’une naissance classique.

Silencieux, rapide et d’un air très déterminé, Karl passa derrière la jeune elfe, sa haute silhouette sombre laissa apparaître prestement deux pointes nacrées qui s’enfoncèrent profondément dans le cou trop parfait de l’être sylvestre qui tenait dans ses bras l’enfant. Les canines sortirent quelques secondes pour qu’une gerbe de sang gicle un peu partout dans la pièce, en particulier sur le nouveau né et sur les draps. Les dents acérées replongèrent dans les trous fermés, les pupilles du vampire, elles, se dilatèrent, le plaisir pouvait se lire dans ses yeux. Très vite, les globes oculaires de l’elfe tournèrent dans leur orbite, la créature sylvestre perdit connaissance assez rapidement, sans tomber, ni faire tomber le nouveau-né, les deux retenus par les mains puissantes du père Marklov. Lentement il allongea son employée auprès de son épouse, pour qu’elle aussi puisse célébrer la naissance. Avec l’air fatigué et déconfit de la femme venant d’accoucher, elle se jeta néanmoins avec appétit sur le cou de l’elfe, finissant de boire la moindre goutte qui passerait par la jugulaire de cette dernière. Au bout de quelques instants elle avait perdu toute couleur, cette race qui d’habitude est radieuse, lumineuse, féerique et enchanteresse ne ressemblait plus du tout à ça. Ses couleurs s’étaient envolées avec sa vie, pour ne laisser qu’une carcasse vide qui avait plus l’élégance d’une serpillière que d’un être humain. Seules les oreilles subsistaient. C’est dans ce cadre que beaucoup pourraient qualifier de lugubre qu’Aranae vit le jour.




L’enfance d’Aranae se passa sans trop d’accrocs, lui et sa famille vivaient dans la paix et la richesse. Ils ne manquaient de rien, l’argent achetait tout ce qu’ils avaient besoin, nourriture, esclaves, protection. Parfois ils faisaient un tour à la cour, accueillis par les Demetrius une fois de temps en temps. Les deux familles étaient certes des vampires, mais les Marklov n’étaient que des seigneurs de province, leurs terres sur le littoral nord est d’Akantha, n’étaient pas très grandes, mais leur richesse intéressait forcément les Demetrius, qui aimaient beaucoup les luttes de pouvoir et l’argent aide à celles-ci. Pendant son enfance, Aranae se cultiva avec des livres divers et variés, il apprenait vite et la quantité d’ouvrages que ses parents avaient déjà accumulés lui servit de belle base pour son érudition future.

Nous retrouvons donc notre jeune vampire blond dans une belle soirée d’été, affalé sur une chaise longue sur le porche du domaine, autour d’une petite table, son père était également présent, ce dernier avait pris des rides depuis notre dernière partie, ses longs cheveux blancs flottaient légèrement à cause de la légère brise qui rafraîchissait l’atmosphère. Ils avaient une bonne nouvelle à fêter. L’entreprise de coton et de fabrication de textile de la famille Marklov se modernisait, ils avaient obtenu un accord avec l’Empire d’Ellgard afin de lancer des usines de confection textile dans la zone industrielle de Keivere. Le développement des industries Marklov était de ce fait assuré dans l’avenir. Comme le voulait la tradition dans la famille, chaque bonne nouvelle était accompagné d’un bon cru de sang elfique. Ils avaient ouvert une bouteille qu’ils avaient recupérés dans leur « vignoble » le jour même. En servant les verres, Aranae regarda le ciel qui était exceptionnellement dégagé. Karl bu avant même

« Félicitations père, l’avenir de la famille est radieux et même la météo semble respecter votre travail. »

« C’est notre travail mon fils, un beau jour tu rep... »

Il n’eut pas fini de finir sa phrase que le patriarche commença à s’étouffer, n’arrivant plus à respirer. Son expression s’était figée sur cet instant de partage familial, plein de fierté et de bienveillance envers son fils. Ce visage, Aranae ne l’oublierait jamais. Des traits bloqués et raides, la vie qui quittait doucement le corps du père vampire. Le jeune vampire renversa la bouteille et se jeta vers son géniteur, tentant une dernière manœuvre pour sauver ce dernier. Du bout des doigts du futur inquisiteur se matérialisèrent des lueurs rouge foncé, presque de couleur bordeau, il apposa sa main contre la gorge du mourant dans une tentative désespérée d’utiliser sa magie pour maintenir son père en vie. Dans un dernier souffle, celui-ci ne lui transmit qu’un témoignage de la douleur qu’il ressentait. La douleur est un sentiment qui sera une pierre angulaire pour le reste de la vie d’Aranae.

Le vampire blond et sa mère apprirent très vite que le sang que les deux hommes allaient boire était finalement du sang de spectre. La famille prenait d’énormes précautions pourtant et sélectionnait les personnes dont le sang était prélevé de façon très minutieuse. La seule raison pour laquelle du sang de spectre aurait pu se retrouver dans cette bouteille était un acte malveillant. Pour ne pas tourner autour du pot, ce qui se passa ce soir-là était un meurtre. Aranae avait survécu par chance et décida de quitter Akantha dans la foulée, le lendemain, pour rejoindre Ellgard, où il pourrait superviser les nouvelles usines et partir loin de ses terres natales, commencer une vie nouvelle.




Keivere était une ville intrigante, en plein boum industriel à cette époque, la cité se développait à vue d’œil. L’adaptation à cette nouvelle vie fut une promenade de santé pour le vampire. La ville regorgeait de personnes insignifiantes qui pouvait disparaître en cas de faim subite ou pour les nouvelles expériences d’Aranae. En effet, suite à ses déconvenues Akanthienne, le futur inquisiteur, s’était plongé encore plus dans les études, en particulier il se passionna pour la biologie, n’ayant pas encore les compétences pour étudier la technomagie. Ses recherches -et ses expériences- avaient un but : trouver un « antidote » à la douleur. Non pas un antalgique, une combinaison de substances qui lui permettrait d’avoir un remède à la douleur durable. Dans sa tête il imagine probablement créer un hôte qui secréterait une substance antalgique durable, qu’en buvant le sang de cette personne régulièrement il serait à l’abri de la douleur. En fait, il cherchait à reproduire la propriété magique des all’ombras à plus petite échelle.

Posons le décor d’une fête mondaine classique, le vin coule à flot, la nourriture est en abondance, les personnalités les plus riches d’Ellgard se réunissent pour festoyer, parfois masqués, mais pas ce soir-là. Non cette fois-ci c’était simplement une beuverie, une petite fête, sans personnalité publique, qui finissait généralement en orgie tellement les gens abusaient sur la boisson. C’était ce genre de soirée qui permettait non seulement d’avoir de très bon « arguments » lors d’échanges de bon procédés mais également de trouver de nouveaux cobayes parmi les esclaves. Néanmoins, durant cette nuit, Aranae ne fit disparaître personne. Il avait d’autres plans en tête, des résultats à vérifier. Cette soirée mondaine n’était qu’un divertissement le temps de pouvoir rejoindre les sous-sols de ses usines. Quand tout le monde dormait. Et puis, pour un vampire, c’est un chouette réveil que de voir tous ces humains se dépraver et ça permet de nouvelles rencontres.

Il était peut-être deux heures du matin, le vampire blond, descendait un escalier en colimaçon en métal, le bruit de ses pas résonnait légèrement dans l’espèce de hangar aménagé de l’usine dans laquelle il se trouvait. Il y avait plusieurs pièces, les portes de chaque pièce étaient ouvertes au-dessus, comme la plupart des caves modernes, pour éviter l’humidité. Il fallait bien que les sujets d’expérience ne meurent pas à cause de conditions déplorables. Un peu d’humanité tout de même.
Il ouvrit la troisième porte à gauche. Une fois ouverte, la fine porte révéla une petite pièce ressemblant beaucoup à une geôle. Le confort était cependant plus important que dans une prison. Le lit était un vrai lit, il semblait certes un peu vieux et les draps étaient certes plus très blancs, mais c’était un vrai matelas. Avec certains sujets, il avait même pu essayer ce matelas de façon coquine, mais ce n’était pas le but de ce soir.

Une elfe était allongée sur le lit et en voyant son hôte entrer se mis en position fœtale. Elle tremblait comme une feuille morte par tempête. Celui-ci sourit. Il se dirigea vers un petit placard et sortit ses clefs pour l’ouvrir. Dedans tout un essentiel de soins, seringues, sérums en tout genre, de la poudre de cristaux. Il prit de sa poche un petit sac qui contenait des ongles d’all’ombras. Il les meula et incorpora cette poudre avec celle de cristaux. Le mélange des deux fut mis en solution dans un sérum physiologique. La seringue remplie, il s’approcha de l’elfe, qui cria, mais personne ne pouvait l’entendre.

Ne vous faites pas de mauvaises idées cependant. Ce n’est pas tout à fait un psychopathe, il fait ça purement dans le but de trouver un remède, la plupart du temps même, il finit par libérer ses cobayes. Certes ils sont souvent dans un état de traumatisme avancé. Et qui croirait en une histoire de vampire qui fait un sérum contre la douleur à base de sang de certaines victimes ? Personne. C’était sa force.




Comme évoqué plus haut, Aranae s’était fait plein de relations grâce à ses activités de début de soirée. C’était un habitué des soirées mondaines. Chaque bourgeois avait une idée d’à quoi pouvait ressembler le vampire quand on évoquait son nom. Certains mêmes savaient qu’il savait obtenir ce qu’il voulait de certaines personnes dans des situations très précises. C’était notamment le cas des parents de la future impératrice, les parents d’Astrithr, alors âgée seulement de trois ans. Si la plupart du temps ça attirait des regards effrayés ou que les gens essayaient juste d’occulter ce qu’ils savaient à ce propos ; ce jour-là fut spécial. Pour une fois des gens avaient besoin de ses talents. Pourtant il n’était qu’un chef d’entreprise prenant soin de toujours pouvoir se défendre depuis l’incident de son père.

Les parents d’Astrithr n’étaient pas non plus comme certains autres jours, ils semblaient abattus, des cernes que le maquillage n’arrivait pas à atténuer montraient clairement une nuit précédente dure et agitée. Aranae remarqua directement que quelque chose n’allait pas, mais il avait appris à ne jamais trop en dire, même pour les autres, ça évitait parfois des ennuis, et puis ce n’était pas bon pour les affaires de soulever les histoires des autres. Allongé sur une chaise longue et mangeant du raisin en buvant du vin dans un coin de la salle de réception, il les accueillit de façon naturelle, en se levant.

« Mes amis, quel bon vent vous amène ? Je vous sers un verre ? »

D’un air sinistre, d’un regard noir qui veut dire beaucoup, les mines déconfites lui répondirent avec un sérieux tranchant. Il n’était plus question de mondanités, et pour que des bourgeois viennent voir Aranae de cette façon, c’était quelque chose de grave. Quelque chose qui passait au-dessus de toutes courbettes mondaines, de toute langue de vipère des bourgeois. Le genre d’évènement qui mets des vies en jeu.

« Monsieur Marklov, nous sommes au courant pour votre capacité à obtenir les faveurs des personnes les plus… récalcitrantes. Nous paierons. »

Le futur inquisiteur blond leva un sourcil et effaça son sourire hypocrite. Il était intrigué. Personne ne lui avait demandé des services personnels avant. C’était quelque chose qu’il n’avait jamais envisagé. Dans sa tête, son visage public était celui de son entreprise, le lui en tant qu’être était rarement dans la balance. D’un geste il les invita à s’asseoir pour continuer leur histoire.

« Notre fille a été enlevée avant-hier dans la journée. Nous avons payé les meilleurs détectives de la ville pour retrouver un des ravisseurs, mais sa langue est liée et personne n’arrive à le faire parler. Ramenez-nous notre fille monsieur Marklov. Je vous en supplie. »

Le vampire se leva, posa sa main sur l’épaule de la mère en pleurs, les invitant ainsi à lui montrer où était le ravisseur qu’ils avaient capturé. Ils sortirent, prirent de petites ruelles et finirent par arriver devant les portes d’une cave s’ouvrant de l’extérieur, les parents donnèrent une clef à Aranae et partirent. Le grand bourgeois pénétra dans la cave pour trouver un espèce de gros humain, attaché sur une chaise, la tête allongée sur une table devant lui, endormi. Son réveil fut brutal, attrapé par les cheveux son visage claqua brutalement contre la surface de métal sur laquelle il était allongé trente secondes auparavant. Du sang gicla de son nez pour se répandre sur la table. Pas spécialement dérangé et d’un air mauvais il regarda le futur inquisiteur.

« D’autres ont essayé. Vous savez comment récupérer la fille, il faut payer. »

Sans un mot, le vampire ramassa du sang avec le bout de son doigt pour l’amener à sa bouche. Il s’assit, silencieux, plus calme que la mort qui vient faucher le dernier souffle des vivants, il sourit. Ses canines nacrées étaient ce qui apparaissait le plus à la lumière faible de la cave. Mais ce qui glaçait le sang c’était son regard. Le doute apparut soudainement sur le visage du gredin. Il sentait qu’il allait passer une nuit dont il se souviendrait, ou dont il ne se réveillerait pas, il ne savait pas encore. Aranae passa derrière lui, une lueur rouge foncé apparue au bout de ses doigts. Lorsque le vampire posa ses doigts sur le crâne de la personne à interroger, celle-ci se tordit dans tous les sens, laissant échapper des cris qui glaçaient le sang.

Quelques heures plus tard, le chef d’entreprise se présenta au domicile des parents d’Astrithr. Torse nu sous la pluie, la bouche encore recouverte de sang, le regard glaçant d’un vampire qui a eu une grande dose d’adrénaline et de sang récemment, il tenait la petite fille dans ses bras, emmitouflée dans les habits du vampire. À moitié effrayés, à moitié soulagés ils pleurèrent de joie en prenant leur fille dans leurs bras. Le père retourna à l’intérieur et revenu quelques minutes plus tard avec un paquet assez grossièrement emballé. Il était facile de voir que ce paiement est très spécial pour la famille.




Epilogue

Le temps passa depuis cet incident, même si la vie avait repris un cours normal pour le président du groupe Marklov, il resta très proche de la famille avec laquelle il avait un lien spécial depuis cette nuit-là. Il resta assez proche pour surveiller Astrithr qui grandissait et semblait ne pas avoir de souvenirs de ces nuits traumatisantes, elle savait simplement qu’Aranae était une sorte d’ange gardien qui ne voulait pas trop s’immiscer dans sa vie non plus. Assez loin pour ne pas tisser de lien qui pourrait être utiliser contre lui non plus, il tenait à garder une vie assez tranquille pendant longtemps. Ses recherches avançaient, c’était ce qui lui importait le plus après tout.

Mais la jeune fille qu’il protégeait fit une rencontre spéciale, celle de Brynjolfr, héritier du trône impérial. Le couple se créa rapidement et finirent, comme le voulait la tradition, un couple impérial. Une fois au pouvoir, l’impératrice, qui n’avait nommé finalement aucun autre inquisiteur, demanda à son époux d’accepter de prendre le vampire pour le poste de Pestilence, car pour la jeune femme, si une personne avait toujours été là pour la protéger, ça semblait bien être lui.
DERRIERE L'ÉCRAN
PSEUDO ▬ Aranae.
AGE ▬ 24.
TU NOUS A TROUVÉ OU ? ▬ Topsite.
UN AUTRE COMPTE ▬ Semser.
LE PERSONNAGE DE TON AVATAR ▬ FATE ▬ Gilgamesh
TU AS LU LE RÈGLEMENT ? ▬ Oui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Esclave
Race : Lycan Félin (panthère des neiges)
Âge : 27 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Sep - 23:48
Ouuuuiiiiiiii Re-bienvenue :DDD Vivement la suite de l'hiiiiiiiistoire *w*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'Empire
Race : Thérianthrope félin (chat-jaguar)
Âge : 28 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Oct - 4:40
Toi

_________________
#7DA7D7 #FDFC6E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mages Noirs

Race : Seraph de la cruauté.
Âge : III siècles.
Avis sur la nation : L'Ordres des Astres doit être détruit, pour ce que les purs m'ont fait. La technologie n'a rien de bon, l'Empire doit sombrer. Quant aux autres nations, elles subiront les conséquences de ma vengeance.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Oct - 4:11
Revenir en haut Aller en bas
avatar
La Résistance

Race : Androïde
Âge : 4 ans
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Oct - 17:54
    Bienvenue sur le forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
 :: PERSONNAGE :: Présentations :: Présentations en cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aranae Marklov, Pestilence
Sauter vers: